L’écomusée de la rivière Aoos/Vjosa: un projet transfrontalier pour promouvoir et protéger le patrimoine naturel et culturel

Vjosa / Aoos river La contribution  des valeurs culturelles à l’usage rationelle des zones humides est un sujet  prioritaire pour MedWet. Il est important dans ce contexte de promouvoir des projets innovants, à même de faire le lien entre les valeurs naturelles et culturelles des zones humides de la Méditerranée. Le projet d’Écomusée de la rivière Aoos – Vjosa (VAEcoM), mis en œuvre grâce à un partenariat entre la Grèce et l’Albanie, est un de ces projets. Nous avons donc saisi l’opportunité de faire une courte interview de Alexis Katsaros et Aphroditi Sorotou, chargés de projet pour l’Écomusée de la rivière Aoos – Vjosa (VAEcoM) de l’Institut Méditerranéen pour la Nature et l’homme (Med – INA), le leader du projet.

Le projet est cofinancé par l’Union européenne et des fonds nationaux de l’Albanie et de la Grèce dans le cadre du programme transfrontalier IPA Cross – Border Programme “Greece – Albania 2007-2013″, mis en œuvre par Med – INA et Pindos Perivallontiki ainsi, pour l’Albanie, que par l’Institut pour la conservation de la nature en Albanie (INCA) et la Direction du Service des forêts à Permet.

Pouvez-vous nous expliquer le concept d’écomusée ?

Stitched Panorama. Vjosa / Aoos river

Un écomusée conserve les fonctions basiques d’un musée. En ce sens il est une institution permanente à but non-lucratif, au service de la société et de son développement, ouvert au public, qui conserve, recherche, communique et montre le patrimoine tangible et intangible de la région et de son environnement à des fins d’étude, d’éducation et de loisir. Le terme « écomusée » a été pour la première fois utilisé par le muséologiste français Hugues de Varine en 1971. Un écomusée est une manière dynamique pour les communautés de préserver, d’interpréter, et de gérer leur patrimoine, dans une optique de développement durable, et basé sur l’accord de la communauté. En d’autres mots, un écomusée est l’identité d’un lieu, présenté via des chemins structurés dans un contexte spatio-temporel.

Quelles sont les principales caractéristiques de l’écomusée de la rivière Aoos-Vjosa ?

La rivière, le mouvement de l’eau, les conditions créées le long de ses rives et les opportunités qu’elle a, pendant des siècles, donné à des espèces d’évoluer, sont les principaux sujets et sources d’inspiration des chemins thématiques de l’Écomusée. Ce musée sans murs ne sera pas juste le résultat du savoir et de l’imagination d’un muséologiste, mais il dépeindra aussi les aspirations et les croyances des sociétés environnantes. Traverser les terres le long de la rivière Aoos, c’est comme parcourir les routes mystiques des merveilles naturelles et culturelles que l’usage traditionnel et raisonné des ressources et le dynamisme de l’environnement a inscrit en elles.

De quelle façon les communautés locales seront-elles impliquées dans le projet ?

Stitched PanoramaLes communautés locales participent depuis le début au projet. Elles contribuent activement à son développement, par exemple par la conduite de scénarios sur les chemins thématiques et via des études concrètes, en fournissant des témoignages et des matériaux intéressants (photos, vidéos, etc). Dans le cadre du projet, il est attendu qu’elles opéreront bientôt en tant que réseau officiel, constitué de participants locaux, d’organisations publiques et privées, de producteurs locaux, et d’autres acteurs. L’Écomusée mènera ses activités, se fera connaître, et prolongera les opportunités de coopération transfrontalière au-delà du cycle de vie du projet.

À quel résultat voulez-vous parvenir à la fin de ce projet ? Y aura-t-il un impact durable pour la région ?

Nous avons déjà constaté que le projet a un impact positif et significatif sur cette région transfrontalière et sur le plan sccio-culturel, économique et environnemental, en améliorant les communications et les connections entres les sociétés locales. De plus il permettra d’initier de nouveaux projets et d’encourager des  coopérations futures, et il profitera au bien-être et au développement des communautés locales. Il est attendu que le développement d’un écomusée, par la recherche et la coopération avec les communautés locales, amène les résultats suivants : quatre chemins thématiques (dont les scénarios témoignent de l’identité de la région), un guide trilingue, un site internet dédié, une visite virtuelle de l’écomusée, une conférence internationale et deux ateliers de renforcement des capacités, et l’établissement d’un réseau autour de l’Écomusée.

Quand l’Écomusée sera-t-il ouvert ?

Il est attendu que l’écomusée de la rivière Aoos – Vjosa ouvre ses portes fin octobre 2013. Pour plus d’informations, vous pouvez aller voir son site internet : http://www.vjosa-aoos-ecomuseum.eu/
ou contacter Alexis Katsaros alexis@med-ina.org